La Parole à Renaud Muselier – Lettre d’information de la Majorité régionale

Une Région tournée vers l’Europe, qui mène sans relâche la bataille pour l’emploi et la cohésion entre tous ses territoires : Renaud Muselier est depuis un an pleinement engagé dans l’action, aux côtés de Christian Estrosi avec qui il a constitué un ticket gagnant lors des élections régionales. Douze mois après, rencontre avec notre Président délégué.

« En un an, nous avons entrepris avec Christian Estrosi le redressement de notre Région. C’était une belle endormie, la voilà complètement réveillée et à l’action pour tous ses territoires. Nous avions dit : ça va changer ! Et bien ça change, partout de la Camargue à Menton, en passant par le Vaucluse et les Alpes du Sud. »

 

Dès le début du mandat, avec Christian Estrosi, vous avez sécurisé une enveloppe d’investissementde 250 millions d’euros de fonds européens à Bruxelles. Ces fonds ont-ils déjà été attribués à des projets locaux ?

A notre retour de Bruxelles, nous avions rempli un double objectif. D’une part, convaincre la Commission européenne que notre stratégie en matière d’emploi, d’économie et d’agriculture était la bonne. D’autre part, négocier avec elle une enveloppe d’investissement suffisante pour lancer la dynamique. Alors, bien sûr, immédiatement en 2016, nous avons engagé ces fonds européens pour le territoire. Par exemple, pour l’installation des structures de recherche et de développement de DCNS à Toulon (6,7 millions), pour du monitoring urbain à Nice (1,7 million) ou encore pour le projet d’éolien flottant sur le Port de Marseille-Fos (3,7 millions). Ces fonds nous aident à structurer notre territoire autour de projets créateurs d’emploi !

Vous êtes également Présidentdu Comité régional du tourisme Provence-Alpes-Côte d’Azur. Comment décririez-vous la situation du tourisme dans notre région ?

Nous disposons d’atouts uniques, de marques-monde incontestables que toutes les autres régions nous envient. 13% du PIB régional, 15 milliards de chiffres d’affaire par an et bien sûr le troisième secteur employeur de la région derrière le commerce et l’industrie. C’est une force essentielle. Cet été, le drame effroyable qui a touché nos amis niçois a ébranlé cet édifice. Mais grâce à l’action déterminée de l’ensemble des collectivités, grâce à la mobilisation de notre Région aux côtés du département des Alpes-Maritimes et de la Team Côte d’Azur, le pire a été évité. Pour l’avenir, nous devons viser la mise en œuvre d’une véritable politique de formation dédiée aux métiers du tourisme, centrée sur la pratique des langues étrangères et la maîtrise des outils numériques. C’est un enjeu majeur.

Le Président Christian Estrosi vous témoigne une grande confiance : vous êtes la tête de liste vainqueur dans les Bouches-du-Rhône. La Région s’engage-t-elle pour Marseille et son département ?

Je suis heureux de travailler en harmonie avec Christian. Nous avons mené une campagne exceptionnelle il y a un an. Au soir du premier tour, même parmi nos troupes, certains doutaient. En une semaine, nous avons renversé la tendance ensemble, et tout s’est joué dans les Alpes-Maritimes et dans les Bouches-du-Rhône. Il est donc vrai que nous travaillons en pleine confiance, pour Marseille, pour sa Métropole, pour le département et en fait pour toute la Région ! La réalité, c’est que jamais la Région ne s’est autant mobilisée pour Marseille et pour les Bouches-du-Rhône, avec déjà 490 millions d’euros déployés de janvier à octobre.