Affaire Théo: Non aux manifestations violentes, place à une Justice sereine !

Depuis maintenant deux semaines, les politiques, les artistes, les penseurs, les médias et la rue n’ont de cesse de scander ce message fort : Une justice pour Théo.

A une époque où l’on demande la transparence, la Justice et le respect des droits de l’Homme, on en oublie une valeur des plus fondamentales de notre démocratie : la présomption d’innocence.

Cette présomption d’innocence ne doit jamais être le moyen pour quiconque d’échapper à la Justice. Bien au contraire, elle est un outil juridique primordial qui doit permettre à nos juges de travailler en toute sérénité pour faire triompher la vérité.

Si les faits inacceptables qui sont reprochés à ces policiers sont avérés, ceux-ci doivent être sévèrement sanctionnés. Mais c’est à la Justice de faire son travail et de juger.

Pourtant, depuis deux semaines, ces policiers qui ont interpellé le jeune Théo, sont victimes d’un procès médiatique et politique digne de l’Inquisition.

On ne connait pas de manière exacte les faits qui se sont déroulés. Sauf ceux qui ont été rapportés par le jeune Théo qui n’est absolument pas impartial, de par son statut de victime présumée. On ne connait pas non plus les raisons qui ont poussées ces policiers à l’interpeller.

Ainsi, le fait qu’un Président se rende au chevet de Théo constitue une faute politique majeure face au devoir de neutralité qu’impose la plus haute fonction de l’Etat. Cette faute aurait du convaincre immédiatement les médias de prendre davantage de recul vis à vis de cette affaire sur laquelle de nombreuses zones d’ombres pèsent encore.

Je ne veux pas une Justice pour Théo. Je ne veux pas une Justice pour nos policiers. Je veux un Justice impartiale et objective qui ne soit pas influencée par un contexte politique et social particulièrement tendu.

Il est donc urgent que le Gouvernement prenne toutes les mesures nécessaires pour interdire et empêcher toute manifestation utilisant le cas de Théo comme prétexte pour justifier la violence à l’égard de nos forces de l’ordre.

Ce qui se passe dans nos banlieues, les violences, les tensions, les trafics, sont inconnus de tous. Les seuls qui les connaissent sont notre police, nos ambulances, nos pompiers et surtout les citoyens qui y vivent malgré eux.

L’instrumentalisation politique de cette affaire est insupportable. Nous oublions encore qu’il y a un an, nous applaudissions nos policiers justement parce qu’ils sont le dernier rempart pour empêcher que cette atmosphère de violence qui règne dans nos quartiers ne se propage dans nos villes.

Je soutiens une seule et unique Police, celle qui nous protège quotidiennement au péril de sa vie et qui subit cette dangereuse campagne de dénigrement.

Alors laissons une fois pour toute, la Justice faire son travail sereinement. En réponse à ce slogan « Une justice pour Théo », je veux scander haut et fort que je veux « une justice sereine, pas médiatique ! »