1864-2014 : la Croix-Rouge a 150 ans

Dans le feu de la bataille de Solférino, alors que les étendards de l’Empire français et de l’Empire d’Autriche flottent au-dessus des belligérants, un citoyen suisse s’illustre. En effet, un certain Henry Dunant apporte alors son aide aux soldats des deux camps sans distinction, s’appuyant sur l’aide de volontaires et des populations civiles locales. Cet acte d’humanisme profond, original pour l’époque, le conduira à publier un ouvrage fondamental, Un souvenir de Solferino.

Cinq ans plus tard, en 1864, la première convention de Genève institue la Croix-Rouge dans la droite ligne du message de Dunant. Ce réseau de comités de secours nationaux portera un emblème nouveau, celui qui symbolise encore aujourd’hui la protection et le respect de l’humain en toutes circonstances. Il s’agit de la croix rouge sur fond blanc. L’impact est immense car c’est le premier pas vers un droit international humanitaire qui est fait. Un véritable pas de géant, tandis que le monde se dirige tout droit vers le XXe siècle, ses deux guerres mondiales et ses tragédies.

Cent cinquante ans après, la Croix-Rouge est toujours en première ligne dès qu’il s’agit de protéger l’humain. Qu’il s’agisse de la plus sympathique fête de quartier, ou du front humanitaire le plus périlleux, sa présence sur le terrain demeure un réconfort et une assurance de soutien pour les populations du monde entier. Plus que jamais, le rêve d’Henry Dunant doit rester une préoccupation essentielle, et le droit humanitaire international avec lui. La Croix-Rouge en est le pivot majeur, central ; il faut être fier et heureux de la voir traverser les siècles, avec son réseau de volontaires et de donateurs, toujours au service des hommes du monde entier.