Editeur

Ce site est édité par l’association Cap sur l’Avenir 13
6 boulevard Notre-Dame
13006 Marseille

Hébergement

Ce site est hébergé par : SiteGround

Politique de protection des données personnelles

Les informations que vous nous communiquez sont exclusivement réservées à l’usage de l’association Cap sur l’Avenir 13 et de l’Association de Financement de Cap sur l’Avenir 13. Vous consentez à ce qu’elles soient utilisées pour des opérations de communications politiques, pour la gestion de vos adhésions/dons et de nos relations. Vos données ne pourront être communiquées qu’à des cocontractants qui, en leur qualité de sous-traitants, n’agiront que sur notre instruction et seront soumis à une stricte obligation de confidentialité. Elles ne seront transférées que dans des pays présentant une protection adéquate au regard des garanties imposées par la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978. Vos données seront conservées pour une durée maximale de 56 mois.

En application des articles 38 et suivants de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, d’opposition, de limitation et de portabilité des informations vous concernant.
Pour exercer vos droits, vous pouvez adresser un courriel à contact@renaudmuselier.fr ou un courrier à Cap sur l’Avenir 13 – 5 bd Notre-Dame 13006 Marseille – France.
Si vous considérez que le traitement de données à caractère personnel vous concernant constitue une violation du règlement n? 2016/679, dit Règlement Général sur la Protection des Données, vous pouvez introduire une réclamation auprès de la CNIL.

Informations sur l’utilisation des cookies

Lors de la consultation de ce site, des cookies sont susceptibles d’être déposés sur votre terminal (ordinateur, téléphone mobile ou tablette).

Ces cookies sont utilisés sur ce site à des fins de mesures d’audience, d’utilisations des boutons de partages sur les réseaux sociaux (notamment Facebook et Twitter) ainsi que lors de la saisie de certains formulaires en ligne. Ces cookies ne contiennent que des informations anonymes relatives à votre navigation.

Vous pouvez désactiver l’utilisation des cookies directement dans les paramètres de votre navigateur internet. La désactivation des cookies peut entraîner des dysfonctionnements de navigation.

Plafond légal des cotisations et des dons

Dans le cadre de la loi n°88-227 du 11 mars 1988 relative à la transparence de la vie publique, la somme annuelle des cotisations et dons versés par une personne physique à une ou plusieurs associations agréées en qualité d’association de financement, ou à un ou plusieurs mandataires financiers d’un ou de plusieurs partis politiques, est plafonnée à 7 500 € (15 000 € par foyer fiscal). Cela signifie que l’ensemble des dons et cotisations que vous versez sur l’année aux différents partis politiques que vous souhaitez soutenir ne peut excéder 7 500 € (15 000 € par foyer fiscal).

Aussi, conformément à l’article 11-4 de cette loi, une personne physique peut verser un don à un parti ou groupement politique si elle est de nationalité française ou si elle réside en France.

Les personnes morales à l’exception des partis ou groupements politiques ne peuvent contribuer au financement des partis ou groupements politiques, ni en consentant des dons, sous quelque forme que ce soit, à leurs associations de financement ou à leurs mandataires financiers, ni en leur fournissant des biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sont habituellement pratiqués. Les personnes morales, à l’exception des partis et groupements politiques ainsi que des établissements de crédit et sociétés de financement ayant leur siège social dans un Etat membre de l’Union européenne ou partie à l’accord sur l’Espace économique européen, ne peuvent ni consentir des prêts aux partis et groupements politiques ni apporter leur garantie aux prêts octroyés aux partis et groupements politiques.

Selon l’article 11-5 de la loi précitée, les personnes qui ont versé un don en violation des règles exposées ci-dessus sont punies de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende.