LE BREXIT UN RENDEZ VOUS AVEC L’HISTOIRE

Depuis ce matin, le Royaume-Uni est de nouveau une île.

Le peuple britannique s’est démocratiquement prononcé pour une sortie de l’Union européenne.

L’Histoire s’écrit  avec fracas, comme toujours.

Elle bouscule toutes les certitudes d’un continent sûr de sa force et pourtant si fragile.

Un détail doit retenir notre attention: ce sont les aînés qui ont pris cette décision pour les plus jeunes.

Chez les 18-24 ans, 75% ont voté pour le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne!

Chez les plus de 65 ans, 39% seulement ont fait ce choix.

Ce sont donc ceux-là même qui ont vécu, de leurs propres yeux, la construction européenne, qui ont fait le choix d’y mettre brutalement fin.

Et ce sont ceux qui auront à vivre les décennies suivantes qui en subiront les conséquences.

Autrement dit, c’est un monde à part entière qui s’effondre. Le monde du XXe siècle, forgé par les exigences de l’après-guerre. Celui de Monnet, Churchill, Schuman, De Gaulle et Adenauer.

C’est ce monde-là qui paraît balayé aujourd’hui, alors que c’est justement le peuple le plus héroïque des Alliés de la Seconde Guerre Mondiale, ce peuple britannique du Blitz et d’Overlord, qui aujourd’hui sépare son destin du nôtre.

Cet acte revêt une force dont on ne mesure pas encore tous les effets.

Il implique de notre part une réaction exemplaire, pleine de hauteur de vue et d’ambition.

Un idéal s’écroule ? Inventons-en un autre !

Une Union se défait ? Recréons les liens qui l’avaient justifié dans un premier temps !

Nous avons les clefs en main de l’avenir de notre continent.

Première puissance économique mondiale,

Continent leader en matière d’offre de santé,

Soumis à une crise migratoire justement parce qu’il est plus attractif que jamais pour les populations du monde entier.

Mesurons ce que nous détruisons.

Soyons bâtisseurs dès aujourd’hui plutôt que commentateurs. Détruire est tellement plus facile que de construire.

Nous verrons bien lesquels des dirigeants européens sont en mesure de s’affirmer comme hommes d’Etat, et lesquels se contentent de subir.

Car ne nous faisons pas d’illusion : nous avons rendez-vous avec l’Histoire.