SOUTIEN AUX ATELIERS ET CHANTIERS D'INSERTION

SOUTIEN AUX ATELIERS ET CHANTIERS D'INSERTION

La loi NOTRe a rebattu les cartes des compétences des collectivités territoriales confiant aux Régions le développement économique, la formation et l’emploi. Dans ce contexte, et face à la suppression par l’Etat de près de 400 millions d’euros de dotation, la Région a décidé de se recentrer sur ses compétences propres et d’opérer des choix parfois difficiles, comme pour le soutien aux ateliers et chantiers d’insertion.

Toutefois, très sensible au travail effectué par ces acteurs clefs de l’insertion par l’activité économique sur l’ensemble du territoire régional, Renaud MUSELIER a souhaité qu’un accompagnement dynamique vers l’emploi soit encouragé au titre de l’insertion professionnelle.

Sous son impulsion, Provence-Alpes-Côte d’Azur a par ailleurs été la première Région à entamer des discussions avec Estelle SAUVAT, haut-commissaire à la transformation des compétences, pour intégrer l’insertion par l’activité économique, dont les ateliers et chantiers d’insertion, au plan d’investissement relatif aux compétences. Des discussions sont en cours à ce sujet.

Dans ce contexte, le Vice-président de Région Yannick CHENEVARD a rencontré le 21 mars dernier Rose-Marie SERGENT, Présidente régionale de la Fédération des Acteurs de la Solidarité, Michel VACCARO, Président de Chantier école PACA, Pierre LANGLADE, Administrateur de COORACE PACA, Kamel DAHCHAR, représentant des Régies Méditerranée, et François CHAPON, Administrateur des Jardins de Cocagne.

Un travail collectif a été engagé dans une approche partenariale afin que des contrats d’objectifs soient définis et des moyens mobilisés dans une logique de performance, de résultat et de retour à l’emploi durable.

Aussi, pour 2018, un accompagnement des réseaux sur le nouveau cadre d’intervention a été voté lors de l’Assemblée plénière du 16 mars 2018, mobilisant plus de 3,5 millions d’euros.

A compter de 2019, un nouveau cadre permettra de consolider le soutien régional à l’activité des structures les plus dynamiques ayant des taux de sortie d’au moins 60 % et de renforcer l’accompagnement par la formation professionnelle des publics les plus fragilisés.

Agissant sur un calendrier resserré et opérationnel, la première réunion de travail s’est tenue le mardi 27 mars 2018.

Close