Référendum catalan: Il n'est jamais bon d'empêcher un vote de se dérouler

Référendum catalan: Il n'est jamais bon d'empêcher un vote de se dérouler

Communiqué de presse

-

Le Président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud MUSELIER s’est indigné du déroulement violent du référendum d’indépendance organisé par les autorités catalanes le dimanche 1er octobre. « Il faut faire la part des choses entre d’un côté les revendications d’une partie contestataire de la Catalogne qui milite depuis des années pour être indépendante de l’Espagne, et de l’autre des revendications aussi légitimes de l’Etat espagnol qui, fidèle au principe d’indivisibilité de la nation, s’est inscrit contre le déroulement d’un référendum constitutionnellement nul ».

Le Président de la région a insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’être pour ou contre l’indépendance de la Catalogne. « Un Etat qui en est réduit à arracher les urnes et les bulletins de vote à son peuple commet une faute morale et politique. Opprimer une démarche pacifiste, même considérée comme illégitime par le pouvoir en place, laissera des traces indélébiles dans ce débat déterminant pour l’avenir de l’Espagne. Rien ne pourra ôter de l’opinion publique ces images de vieilles femmes ensanglantées venues se rendre tout simplement aux urnes. »

Renaud MUSELIER a souhaité tirer les conséquences de cet événement. « La faute est triple. De la part de l’Etat espagnol qui a laissé la violence policière s’exprimer au lieu de protéger. De la part des autorités catalanes qui ont préféré laisser la rue s’indigner plutôt que la dialogue raisonné et institutionel avec le gouvernement fédéral espagnol. Et enfin de la part de l’Europe qui est restée étrangèment silencieuse à ce qui s’est passé en son sein ! Une réaction responsable de l’Union européenne aurait été de missionner des délégations d’observateurs internationaux pour surveiller le bon déroulement du scrutin. Tout cela aurait pu être évité si ces trois autorités s’étaient entendues, écoutées, respectées. Aujourd’hui, il n’y a que des victimes et aucun vainqueur. »

Close