Listes nationales aux prochaines européennes : en marche arrière !

Listes nationales aux prochaines européennes : en marche arrière !

Communiqué de presse

-

Suite à l’annonce du Premier ministre Edouard Philippe aux principaux chefs de partis le mercredi 29 novembre de réinstaurer des listes nationales lors des élections européennes de 2019, le député européen Renaud MUSELIER a manifesté sa stupeur. « Pourquoi retourner 15 ans en arrière ? Cela éloignera encore davantage le Parlement européen des électeurs qui y verront une fois de plus une institution bruxelloise peuplée d’élus inconnus ou malaimés. Alors que c’est l’institution qui légifère 75% des lois françaises ! Elle mérite un meilleur traitement de la part du gouvernement français. »

Renaud Muselier a insisté sur ce point : « Une telle initiative pourrait laisser penser qu’Emmanuel Macron possède une vision technocratique et déconnectée de la politique, ce dont je doute. Après l’interdiction du cumul des mandats, la suppression de la réserve parlementaire, la proposition de diminuer le nombre de parlementaires, c’est une attaque supplémentaire contre les élus et les territoires. »

Le député européen a ajouté : «LR est le seul parti à s’être manifesté contre cette proposition alors que le FN et LFI la soutiennent. Il est difficile dans ce contexte d’y voir autre chose qu’une démarche électoraliste visant à détruire le lien de confiance établi depuis de nombreuses années entre élus de droite et leurs électeurs, de la part d’un parti qui peine à exister faute d’ancrage local sur le territoire. Aujourd’hui le véritable débat doit se tenir sur le sujet du redécoupage des circonscriptions européennes pour les calquer sur nos régions administratives car c’est au niveau régional que l’Europe agit concrètement. »

Close