Canadair, Transports routiers, travailleurs: Renaud Muselier à la rencontre de la présidence estonienne de l'Union européenne

Canadair, Transports routiers, travailleurs: Renaud Muselier à la rencontre de la présidence estonienne de l'Union européenne

Communiqué de presse

-

Le député européen et Président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur Renaud Muselier se rendra à Tallinn en Estonie les 7 et 8 septembre prochains dans le cadre de la réunion du bureau du groupe PPE du Parlement européen. Un rendez-vous important pour déterminer la position de la première formation politique européenne sur des sujets stratégiques tels que l’Union de la défense, les relations avec la Russie et la présidence estonienne de l’Union européenne pour les 6 prochains mois.

« Le Président de la République et le Premier ministre français ont réservé leur premier déplacement diplomatique pour l’Europe de l’Est. J’ai souhaité m’inscrire dans la même démarche en approfondissant la coopération diplomatique entre parlementaires. L’Estonie présidera l’Europe pendant les six prochains mois, il était donc naturel d’organiser une rencontre avec mes homologues parlementaires pour aborder avec eux les grands dossiers européens. »

En effet, le député européen a souhaité inscrire ce déplacement sur le thème de « l’Europe qui protège ». « Je considère que l’Europe doit être en mesure de protéger ses citoyens et ses travailleurs. Voilà pourquoi la mise en place d’une protection civile européenne ambitieuse et des réformes sociales du transport routier sont deux domaines qui me tiennent particulièrement à cœur. Dans les deux cas, c’est l’absence de solidarité européenne qui est au centre de tous nos maux. La moitié de ma région a brulé cet été car les moyens aériens mis à notre disposition sont insuffisants. L’Europe doit maintenant se doter d’une politique de protection civile ambitieuse et avant-gardiste pour financer une partie de nos Canadair. J’ai demandé à la Présidence estonienne de l’inscrire dans son agenda politique. En ce qui concerne le routier, les propositions de la Commission européenne de libéraliser à tout bout de champ le secteur sont destructrices pour l’emploi français. On ne peut pas convenablement concourir de manière loyale lorsque le coût du travail est dix fois supérieur en France qu’en Pologne. Avant de réformer ce secteur, il est nécessaire d’harmoniser les règles sociales et fiscales des Etats-membres et de renforcer les moyens de contrôles contre la fraude. C’est ce que j’ai demandé à la Présidence estonienne. »

Close