Brexit: C'est à Strasbourg que se jouera l'avenir du Royaume-Uni

Brexit: C'est à Strasbourg que se jouera l'avenir du Royaume-Uni

Communiqué de Presse

-

Le député européen Renaud MUSELIER s’est félicité de l’adoption le 5 avril 2017 à une large majorité d’une résolution du Parlement européen sur les négociations avec le Royaume-Uni à la suite de la notification de son intention de se retirer de l’Union européenne. « Aujourd’hui le calendrier de sortie du Royaume-Uni a été définitivement adopté par notre assemblée : à compter du 30 mars 2019, avec ou sans accord, la Grande-Bretagne ne fera définitivement plus partie de l’Union. Les Britanniques savent maintenant à quoi s’en tenir ». 

Renaud Muselier a tenu à justifier cette position ferme du Parlement : « L’enjeu principal de cette négociation est de garantir la stabilité de notre pays et de notre continent. La valeur de notre monnaie, notre crédibilité sur la scène internationale et notre capacité à nous défendre face à la menace terroriste ne peuvent pas dépendre des soubresauts de communication de Theresa May. Il en va aussi de l’intérêt des Britanniques qu’un cap soit fixé dès à présent ».

L’ancien secrétaire d’État aux affaires étrangères a détaillé le contenu de la résolution : « Ce texte servira de mandat à Michel Barnier lorsqu’il négociera avec le gouvernement britannique. C’est essentiel car c’est le Parlement européen qui décide à la sortie s’il y a un accord ou non. Le contour de la future relation avec le Royaume-Uni est clair : pas d’accès à notre marché intérieur de 500 millions d’habitants s’il ne contribue pas au budget européen et s’il développe une politique commercial autonome. Pour autant, nous souhaitons que le Royaume-Uni reste un partenaire stratégique dans les questions de sécurité et de défense : les attentats à Londres nous rappellent tristement que la barbarie ne connaît pas de frontière ».

 Le vice-président de la délégation française du PPE a conclu : « Demain avec le départ de la Grande-Bretagne, la France sera la seule puissance nucléaire de l’Union européenne et le seul pays européen à siéger au Conseil de sécurité de l’ONU. C’est tout un symbole que ce soit via un Français, Michel Barnier, et chez elle, à Strasbourg, que se décide l’avenir de l’Union européenne. Aujourd’hui la France occupe à nouveau une place centrale et décisionnaire en Europe. C’est maintenant ou jamais qu’elle doit reprendre le devant de la scène européenne et y impulser un nouveau souffle. Le rendez-vous est pris, nous avons jusqu’au 30 mars 2019 pour y parvenir. »

Close